Slow Food
   

Bergers d'Afrique


Italy - 18 Sep 11

Hier, la Maison de la Biodiversité a accueilli une rencontre consacrée à l’Afrique et à ses bergers, alors que ce continent traverse une période critique et difficile où la sécheresse et la famine accentuent une pauvreté croissante. Lors de la présentation et des remerciements adressés aux représentants africains, Carlo Petrini a réaffirmé l’engagement de Slow Food et de Terra Madre dans le combat pour le droit à l’alimentation et pour la souveraineté alimentaire. « Il est déjà très difficile d’être éleveur ou berger en Europe, imaginez ce que cela signifie en Afrique ! », a souligné C. Petrini. « Vous devez être fiers de ce que vous faites et continuer à résister, car l’avenir est entre vos mains », a-t-il ajouté en guise de conclusion, rappelant combien il est important de cultiver des projets d’échange entre producteurs européens et africains comme c’est le cas en ce moment même à Cheese.

Avec des projets dans 30 pays différents, Slow Food est un acteur important en Afrique, où l’association tente de rétablir l’équilibre entre l’activité humaine et la protection de la biodiversité. C’est justement cet équilibre qui permet aux communautés locales de survivre, en maintenant leurs cultures et leurs élevages et en leur assurant un moyen de subsistance.

De nombreux bergers originaires de Mauritanie, du Burkina Faso, d’Éthiopie et du Kenya sont sur place pour témoigner, chacun avec une histoire et des combats différents, mais réunis par une vision de Slow Food en tant que partenaire essentiel qui protège leur économie et les aide à ne pas disparaître. Au Kenya, par exemple, Slow Food est présent avec la Sentinelle du yaourt des Pokot à la cendre dont les bergers sont très fiers, comme le raconte Ruben Loitang. Il ajoute : « Mes enfants, qui se nourrissent d’aliments sains et boivent ce yaourt, sont beaucoup plus forts que les enfants de mes amis qui habitent en ville ! » Au Burkina Faso, nous découvrons l’existence du Conseil Régional des Unions du Sahel, un réseau de producteurs et éleveurs qui travaille à la cohésion sociale de la population. Comme l’a exposé Seydou Madia, représentant du réseau et originaire d’une tribu touareg, on dénombre aujourd’hui 14 Fédérations, 64 Unions et 1 227 groupes locaux de base. Leur principal projet vise à insérer dans le monde du travail les jeunes et les femmes, les groupes sociaux les plus vulnérables. Avant de débuter son intervention, et pour symboliser la collaboration croissante avec Slow Food, Seydou a mis le turban traditionnel a Carlo Petrini en signe de respect et de gratitude. Quant aux éleveurs de dromadaires de Mauritanie, leur souhait est de parvenir à fabriquer aussi des produits dérivés du lait, ce qui leur est pour l’heure impossible, en améliorant les conditions de transformation et de vente. « Nous voudrions participer à la prochaine édition de Cheese avec nos fromages », a déclaré Mohammend Tate. « Nous allons à la rencontre d’autres éleveurs pour échanger nos expériences et nos problèmes, car nous sommes conscients de l’attention à accorder à la reconnaissance du travail et au bien-être animal. » Issu d’une tribu nomade éthiopienne, Shenko Baka a dénoncé la crise que ces tribus traversent aujourd’hui : « nous devons lutter non seulement contre les famines et les changements climatiques, mais aussi contre les politiques gouvernementales hostiles. Nous sommes bergers depuis des centaines d’années, mais à cause des conditions économiques catastrophiques nous sommes obligés de devenir agriculteurs, et donc de perdre notre identité. » a-t-il expliqué.

La rencontre s’est conclue par la présentation du manuel de bonnes pratiques hygiéniques « Pour une alimentation saine et propre » réalisé par la Fondation Slow Food pour la Biodiversité en partenariat avec le Laboratoire de chimie de la Chambre de commerce de Turin, et naturellement avec les représentants des communautés africaines. Il entend devenir un premier moyen de sensibiliser la population aux pratiques à mettre en place dans l’élevage et dans la transformation des produits.