Slow Food
   

Plus de mille événements pour le Terra Madre Day 2010


Italy - 10 Dec 10

1146 événements se déroulent en ce moment même à l’occasion de Terra Madre Day aux quatre coins du monde, dans 124 pays, grâce au travail des composantes du réseau de Slow Food et Terra Madre. De la Nouvelle-Zélande aux Amériques, des membres, producteurs des Sentinelles, communautés de la nourriture, cuisiniers, universitaires, jeunes et musiciens se sont rassemblés dans le cadre d'un événement collectif d'ampleur planétaire afin de célébrer l'alimentation locale bonne, propre et juste. Un succès qui vient confirmer l'enthousiasme suscité par l'édition 2009 (pour les 20 ans de Slow Food), lors de laquelle 1028 événements s’étaient réalisés dans 128 pays.

Cette année, l'objectif de Terra Madre Day est de récolter des fonds pour financer la création de mille jardins en Afrique dans les écoles, les villages et les banlieues. Les jardins de Terra Madre seront coordonnés par les communautés et rassembleront des variétés locales, cultivées selon des méthodes durables. L'idée n'est pas nouvelle, elle s'appuie sur de nombreuses expériences (agricoles et didactiques) déjà en cours (au Kenya, en Ouganda, en Côte d'Ivoire, au Mali, au Maroc, en Éthiopie, au Sénégal et en Tanzanie).

La Fondation Slow Food pour la Biodiversité centralisera les contributions et coordonnera les activités sur place en Afrique. Pour contribuer à la mise en œuvre de ce projet, vous pouvez écrire à ortiafrica@terramadre.org

Voici quelques exemples de célébrations organisées par les communautés de la nourriture à l'occasion du Terra Madre Day 2010 :

En Nouvelle-Zélande, la communauté de la nourriture des producteurs biologiques Maoris de Aotearoa célèbrera son patrimoine gastronomique en organisant une semaine de rencontres et de débats pour parler de Terra Madre et de Slow Food, en collaboration avec la Ngati Hine Health Trust. Le 10 décembre, deux déjeuners se tiendront à Kawakawa et à Whangarei, dans le nord de la presqu'île. Intitulés Ata Haere… Go Slowly, ils ont été organisés afin de promouvoir un style de vie différent et de meilleures habitudes alimentaires. Les participants prépareront leurs plats préférés à partir de matières premières issues de la production biologique locale, pour ensuite les partager en famille, avec leurs amis ou au sein de leur communauté. Parmi les producteurs biologiques de Aotearoa se trouvent des producteurs de Peruperu (pomme de terre Maori), de sept variétés de Kumara (patate douce), d'autres racines comestibles et de fruits comme les oranges, mandarines, kiwis, feijoas ainsi que des éleveurs bovins. La production se conforme aux savoirs traditionnels Maori, transmis par les Tupuna (ancêtres).

Dans tous les pays des Balkans, le Terra Madre Day 2010 sera l'occasion de présenter le Manifeste sur l'alimentation, sur la biodiversité et sur le patrimoine culturel paysan. Ce document avait été rédigé par le réseau de Terra Madre Balkans lors de sa première rencontre régionale, en juillet 2010. Le Manifeste vise à attirer l'attention de la société civile, des institutions et des entreprises sur la nécessité de protéger l'héritage rural. Il sera présenté aux institutions principales de chaque pays des Balkans.
En Bulgarie, le Manifeste sera présenté aux journalistes le 11 décembre. Le même jour, le premier marché de Noël organisé par Slow Food Bulgarie se tiendra dans le Musée d'Histoire Nationale de Sofia. Il sera possible d'y trouver des spécialités alimentaires et d'autres produits durables. Les élèves de l'école Georgi Benkovski de Cherni Vit et de l'école Petko Karavelov de Sofia présenteront un programme musical consacré à Terra Madre Day. En outre, ils prépareront des desserts et des cartes postales de Noël à l'attention des visiteurs. Les dons seront utilisés pour les prochaines activités que Slow Food organisera dans ces deux écoles.

La communauté Sami travaille avec Slow Food depuis 2003, année de la création de la Sentinelle du suovas de renne (filet séché et fumé). Ce partenariat a donné naissance au premier Convivium interrégional, Slow Food Sápmi, qui compte aujourd'hui une centaine de membres en Suède et en Norvège. À l'avenir, il espère attirer des membres originaires de Finlande et de la presqu'île de Kola. À Jokkmokk (en Suède), le Terra Madre Day sera célébré par des dîners à base de produits Sami, par des conférences et par des concerts de musique traditionnelle Joik.

En Ouganda, Slow Food Mukono accueillera le projet Mille Jardins en Afrique avec l'événement Living Locally, Eating Locally : une journée portes ouvertes pendant laquelle les parents et les agriculteurs âgés sont invités à apporter leur aide aux enfants dans le jardin pédagogique de Buiga Sunrise Pre-School pendant toute une matinée, afin de partager avec eux leur connaissance des méthodes locales d'agriculture traditionnelle. Par la suite, un atelier de cuisine basé sur des recettes traditionnelles sera l'occasion de présenter certains types d'aliments typiques tombés dans l'oubli.
Cet atelier sera dirigé par les cuisinières de Terra Madre du Dembe Women’s Group.
Le convivium Slow Food Mukuno a lancé son programme d'éducation alimentaire en 2006. Aujourd'hui, il travaille avec plus de 20 écoles pour améliorer la conception qu'ont les jeunes générations de l'agriculture, développer des méthodes novatrices pour conserver la souveraineté alimentaire et surtout pour insister sur la création de jardins pédagogiques où les fruits et légumes sont cultivés selon des méthodes durables.

À Santa Barbara, au Costa Rica, plus de cinquante personnes originaires de tous les villages voisins apprendront comment construire un four solaire, de manière à pouvoir utiliser les rayons du soleil pour cuire leurs aliments. Cet événement est organisé par les femmes de l'association Sol de Vida, une communauté de la nourriture de Terra Madre qui soutient l'agriculture biologique, la protection des semences locales, les méthodes de culture traditionnelles et l'usage de l'énergie solaire pour cuisiner. Le public participera également à des ateliers d'agro-écologie où seront abordés des thèmes pratiques, comme la production d'engrais naturels.
Conformément à l'esprit du Terra Madre Day, la journée se terminera par un repas cuisiné à l'aide du four solaire. Les femmes de Sol de Vida prépareront des spécialités à base de noisette ojoche, le fruit d'un arbre qui pousse dans la forêt : soupes, tortillas, tartes, desserts, ainsi que d'autres plats à base de maïs, de haricots, de manioc et de curcuma. La préparation et le repas se dérouleront au rythme afro-latin du marimba, un instrument local.

Chaque automne, les membres de la communauté de Belligham, sur la côte de l'État de Washington aux États-Unis, se réunissent pour partager le fruit de la pêche de toute la saison, qui sera conservé pendant plusieurs mois. La pêche à petite échelle est d'une grande importance dans la région, c'est pourquoi Slow Food Fourth Corner a décidé pour la deuxième fois de faire coïncider cet événement avec Terra Madre Day et d'y convier bon nombre de Conviviums de la région.
Tout le weekend sera consacré à ce qui est désormais devenu une fête, à laquelle chacun participe en découpant et en préparant le poisson selon une recette bretonne ancestrale avant de le mettre dans les bocaux où il sera conservé. Le poisson en question est le germon, ou thon blanc. Il est pêché à la ligne au large des côtes américaines. Ce type de pêche est certifié par le Marine Stewardship Council et conseillé par la liste du Monterey Bay Aquarium's Seafood Watch.